VosCouleurs c’est la liberté d’entreprendre !

Voscouleurs porte le nom d’une espérance pour le pays qui se traduit en une réalisation. Une de ces réalisations à laquelle pense peut-être Philippe de Villiers lorsqu’il écrit dans un tweet en novembre 2015: « Une société ne se sauve pas par des mises en garde mais par des réalisations à contrepente. »

La France a t elle besoin de se sauver ? Chacun apportera sa réponse.

Cette espérance n’est pas anonyme, elle porte un nom qui ne doit rien au hasard. Elle est portée par des personnes bien réelles, qui agissent de leur propre initiative. Ces personnes proposent une réalisation « à contrepente ». Elles sont inconnues du grand public et des appareils politiques, elles ne cherchent pas la publicité personnelle. Elles s’effacent à dessein derrière ce projet qui appartient aux Français signataires. Comme l’écrivait Yves de Kerdrel dans un éditorial le 18 décembre dernier : « Aujourd’hui le coeur vivant de la refondation de la droite se situe en dehors des partis traditionnels, qu’il s’agisse de l’UMP, de l’UDI comme du Front national. Cette droite “hors les murs”, (…) qui refuse les vieilles combines électoralistes mais croit au sursaut moral de la politique, sera le pivot de l’alternance en 2017. »

Il est seulement besoin de regarder la vidéo, lire l’appel pour comprendre qu’il n’y a pas lieu de fantasmer sur « qui est derrière ». Quel parti, quelle personnalité politique, quel lobby pourrait y avoir songé. Alors oui la démarche est libre et désintéressée. C’est ce qui en fait et le sel et la force.

Pourquoi ces huit là et pas d’autres, en plus en moins ? Les milliers de signataires de l’opération semblent l’avoir déjà parfaitement bien compris.

Pourquoi Wauquiez et pas Sarko ? Pourquoi Marion et pas Marine ?

Simplement parce qu’il est temps de briser l’axe mortifère de ceux qui disent : « jamais avec le Front National » ou « Jamais sans le Front National ». Il est temps de passer à autre chose. Encore tout récemment des villes, des régions ont été perdues sur ces bases là. L’illusion est du côté de ceux qui pensent que la solution est dans le maintien de ce système. Car que se passera t il après les élections ? On se comptera, on déplorera, on réalisera qu’on ne peut pas faire grand-chose et on continuera à dire « jamais avec le Front national » ou « jamais sans le Front national ». Et on égrènera les jours avant le départ d’Alain Juppé ou de François Hollande.

Car ne nous y trompons pas, sans l’intervention d’un événement nouveau et puissant, les divisions éternelles de la droite se prolongeront demain, dans l’hémicycle cette fois, où nouveauté, le Front national aura un groupe parlementaire. Il faut s’en réjouir au nom de la représentation nationale et au nom de la démocratie. Un groupe qui ne sera pas majoritaire.

Les grands perdants de cette arithmétique seront toujours les électeurs. Or à l’aube de ce rendez-vous quinquennal majeur pour la nation, il est urgent d’exiger ce qui semblait impossible : l’union, un programme commun, un candidat unique.

Aucun parti ne se rangera derrière l’autre, aucun leader ne sera rejoint par d’autres, aucune personnalité politique, ne peut en son nom propre faire mieux qu’une réunion ponctuelle. La preuve par Béziers.

En agissant de leur propre initiative par une action de grande ampleur, les Français seuls, peuvent décider de faire vraiment changer les choses. Enfin.

A l’époque où Jeanne traversa Vaucouleurs, que de mises en garde ne dut elle pas entendre ! « Vous rêvez, vous êtes dans l’illusion ! » Personne n’aurait misé sur l’épopée qui fut la sienne, surtout pas ceux qui avaient les moyens de l’aider.

« Qu’avez vous fait alors en 2016 pour changer le cours des choses ? » demande la voix de l’enfant.

« Nous avons signé »

VOSCOULEURS!